AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]

Aller en bas 
AuteurMessage
Asuna Clyne
Graphiste
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 22
Localisation : Partie Ouest de l'île

Feuille de personnage
Particularitée: Élite Second maîtrisant les flux informatiques.

MessageSujet: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Lun 14 Juil 2014 - 13:34


Aujourd’hui est un bon jour pour faire le mur, je le sens ! Cela fait plusieurs jours que je n’ai pas dû faire de test et personne ne m’a prévenue que j’en avais un – plusieurs – aujourd’hui. Par conséquent, j’avais le champ libre jusqu’à ce soir où les repas étaient servis dans les cellules pour les élites sous haute-surveillance. Enfin haute-surveillance était un bien grand mot pour moi car je faisais voler en éclat toutes leurs sécurités informatiques. Il m’a fallu quatre ans pour y parvenir et j’y suis enfin parvenue même si au bout d’un moment, je commençais à perdre espoir puisque tout ce que j’essayais de faire n’amenait absolument nulle part. Je n’arrivais même pas à changer le code de ma propre cellule. Une véritable catastrophe ambulante, un cas désespéré, voilà ce que j’étais. A se demander si j’étais vraiment une élite avec des capacités surdéveloppées. Après avoir passé une bonne nuit dans ma misérable couchette, j’étais parée pour aller faire un petit tour dehors. D’après la météo, que j’ai regardée sur un ordinateur au hasard dans le labo, heureusement qu’ils ont une bonne connexion internet, il annonçait du beau temps aujourd’hui. Enfin en tout cas pas de pluie et un peu de nuage. Le soleil essayerait de percer à travers les nuages ce qui augmenterait la température terrestre. Bref … En un tour de commande, j’ai ouvert ma cellule. Quand on y pense, il faudrait me mettre dans une cellule du Moyen-Âge, celle en bois qui faut une énorme clé qui pèse très lourd afin d’ouvrir la porte. Là, il y a peu de chance que j’arrive à sortir mais je ne vais rien dire. Être à moitié libre me va très bien ! Même si je m’ennuie toute seule dans cette pièce pas très bien éclairée.

Me voilà sortie de ma cellule ! Je n’avais pas pris la peine de regarder les caméras de surveillance puisque d’ordinaire, il n’y avait personne dans les couloirs, tous en train de se dire bonjour et de parler de ce qui se passe en ville donc pas du tout concentrer sur nous. Et puis, je dois bien avouer que je ne l’ai pas fait car cela m’était complétement sorti de la tête, tellement excitée de sortir un peu. Pour le moment, ce n’était pas trop grave, les couloirs étaient déserts. Comme d’effet, les météorologistes avaient raison à propos de la météo. Il ne pleuvait pas mais il y avait tout de même des nuages plein le ciel. J’étais encore plus emballée, cela allait être une super journée, je le sentais. Même si mon instinct n’est pas très fiable … Il se trompe une fois sur deux. En espérant que cette fois-ci, cela soit la bonne.

A une vitesse raisonnable, je traversais les divers couloirs de l’institut, me rapprochant de plus en plus de la sortie et d’une certaine liberté. Voilà, il ne me restait plus qu’à franchir un couloir, de déverrouiller la dernière porte et je serai dehors dans la forêt. Mon pas s’accéléra et je pris à droite à l’intersection de plusieurs couloirs. Et … BOUM ! Mes fesses touchèrent le sol violemment ! Qu’est-ce que ça fait mal ! Ce qui me servait de jupe remonta surement puisque j’ai légèrement glissé sur le sol du couloir. Les jambes un peu écartées, on devait surement voir ce qui me servait de sous-vêtement et mes cheveux verts devaient être n’importe comment maintenant, encore plus que quand je suis partie de ma cellule. Encore un peu sous le choc de la collision avec je-ne-sais-pas-quoi, je ne vis pas ce que j’avais percuté et ce n’était pas trop ma préoccupation première. En effet, cela ne pouvait pas être un objet, il n’y en avait pas auparavant, pourquoi il y en aurait un aujourd’hui ? Cela n’a aucun sens. Cela ne pourrait être qu’une seule chose : un être humain ! Oh non ! Qu’est-ce que je vais faire ? Avec un peu de chance, c’est un/une autre fugitif/fugitive mais si ce n’est pas le cas, cela signifie que c’est un scientifique en promenade ! Mais qu’est-ce qu’il fait par ici à cette heure-ci ? Et qu’est-ce que j’allais bien pouvoir dire sur le fait que je ne suis pas enfermée dans la cellule. J’étais un sujet normalement connu et tout le monde m’avait déjà vu que cela soit en personne ou sur la photo de mon dossier, qu’il faudrait que je change en parlant de ça. En essayant de remettre mes idées en place, j’ai essayé de voir la chose/personne qui se trouvait en face de moi et que je venais de percuter. Si j’avais fait attention aux caméras de surveillance du labo’, je saurais ce que c’était et j’aurais pu l’éviter, de plus, je serais déjà dehors !

_________________


Dernière édition par Asuna Clyne le Jeu 24 Juil 2014 - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Miyazawa
Modérateur
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Île Ouest

Feuille de personnage
Particularitée: Membres de la SGRC en tant que chirurgien.

MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Sam 19 Juil 2014 - 14:07


En cette journée plutôt maussade, il m'était peu facile d'imaginer la drôle de matinée que j'allais vivre. Toujours aussi matinale, j'étais sans doute l'un des premiers scientifiques du laboratoire à ses fonctions. Peu de personne travaillant ici se trouvait dans le bâtiment.
Je me rappelle très bien avoir regarder par la fenêtre du salon, admirant les nombreux nuages avant de partir en direction de la salle de pause du complexe immaculé. Une fois arrivé, je ne mis guère de temps à me diriger vers le distributeur afin d'y prendre un de ces cafés au goût amer qui vous réveillent comme un coq hurlant sur votre table de chevet. Je saluais des connaissances professionnelles, par-ci et par-là, avant de prendre mes fonctions.
Assis à une grande table ronde, la main sur le gobelet en plastique, je regardais le grand écran - et quand je dis grand, ce n'est pas pour rien. Sur ce cadre numérique était affiché à gauche chaque prénom de chaque personne travaillant ici, en haut le numéro ou nom de chaque salle. Comme un tableau à double entrée, je suivais mon prénom et trouvais dans quoi m'occuper pour la journée : le lieu, l'heure et l'individu. Ma première opération se faisant à midi et quelques, je décidais de partir me promener dans les couloirs lugubres malgré leur blancheur.

Peu à peu, j'atteignais l'aile des fameuses chambres temporaires qui ressemblaient plus à des prisons de luxe qu'autre chose, d'ailleurs. Un gros silence m'y attendait. Malgré cela, je marchais tranquillement en repensant à plusieurs petits détails qui m'avait conduit jusqu'ici. La naissance, la mort, le remariage, le clandestin que je fus - et je suis toujours d'ailleurs. Bizarrement, cela me rassurait un peu. Soudain, quelque chose me percuta de plein fouet. Le réflexe de m'être un pied en arrière m'évita la chute, mais mon esprit était un peu sonné. Après quelques secondes de repos pour mon oreille interne, je leva les yeux. Personne. Je les baissa et vis une jeune personne à terre. Quelqu'un qui n'était guère fantôme parmi ces murs.

Cette jeune femme était connue pour être un danger potentiel pour le laboratoire entier, elle était aussi la seule Elite Second qui fut née dans notre domaine. Mes yeux en pétillaient d'admiration ! C'est avec un grand sourire tordu et inhabituel que je tendis soigneusement ma main droite à la jeune femme.

- Quelle chance de vous rencontrer dans ces couloirs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuna Clyne
Graphiste
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 22
Localisation : Partie Ouest de l'île

Feuille de personnage
Particularitée: Élite Second maîtrisant les flux informatiques.

MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Lun 21 Juil 2014 - 12:45

Évidemment ce genre de chose ne peut qu'arriver à moi dans une situation pareille ! Pour une fois que j'avais l'occasion de sortir prendre l'air toute la journée, il a fallu que je tombe nez-à-nez avec scientifique du laboratoire, j'ai vraiment pas de chance ! Puisqu'il n'y a jamais personne dans les couloirs à cette heure-ci, je n'avais pas pris la peine de vérifier les caméras de surveillance des couloirs. Pour une fois que je ne regarde pas, voilà que quelqu'un s'y trouve. Quelle poisse ! Bref ... Me voilà par terre face à ce scientifique. D'un côté, j'ai un peu peur de ce qu'il va m'arriver ... Ils vont punir ? Ils vont me faire des choses atroces ? Ils vont me faire des piqûres pour me rendre à nouveau folle ? Ils vont m'enfermer dans le noir ? Toujours autant de question qui restèrent sans réponse pour le moment car l'homme à la blouse blanche n'avait pas vraiment l'air de bouger. De plus, de là où j'étais, je pouvais facilement lui donner un coup dans l'entre-jambe et en profiter pour m'enfuir. Je retournerais dans ma cellule, modifierais les images des caméras et même s'il parle, on le prendra pour un fou car l'informatique prouveras le contraire. Un petit rictus diabolique s'afficha sur mon visage d'ange. Cependant, celui-ci disparut aussi vite qu'il était venu. D'elle, les scientifiques ne connaissaient qu'une enfant sage qui fuguait de temps à autre et non, un monstre empli de vengeance envers eux. Baissant la tête afin de cacher ma haine envers eux, j'ai repris mon visage angélique derrière mes cheveux verts. Lorsque j'ai relevé la tête vers le scientifique que je venais de percuter, des yeux innocent et un sourire enfantin se dessina sur mes traits faciaux.

Quand mes yeux se sont posés sur lui, j'ai eu une étrange sensation. Je ne saurais dire ce que c'est. Vraiment bizarre ce gars. Je ne l'avais jamais vu auparavant. Un nouveau scientifique peut-être ? Ils avaient surement besoin de personnel puisque le nombre d'élite enfermé ici, ne cessait d'augmenter. L'incendie ne leur a pas suffisamment secoué la cervelle ! Ils continuent encore leurs saloperies d'expériences sur nous ! Rien que d'y penser cela m'énervait davantage ! Comment peut-on faire ça ? On est des êtres humains nous aussi ! J'aimerai bien voir leurs têtes si on leur faisait la même chose ! Enfin bref, là n'est pas vraiment la question pour le moment. Comment je vais faire pour me débarrasser de cet homme pacifiquement ?

Qu'est-ce ... que ... ? Il est vraiment bête ce type ! Il venait de me donner un échappatoire par sa simple phrase. A se demander si on a une intelligence supérieure par rapport à eux. A sa phrase, j'ai compris qu'il me cherchait ou quelque chose dans le genre. C'était vraiment ma veine. Je devais sauter sur l'occasion et n'en faire qu'une bouchée.

- Vous me cherchiez ? Cela tombe bien que je sois venue alors, lui fis-je avec un adorable sourire sur ma petite frimousse d'ange.

Cela faisait un bout de temps que j'étais assise par terre. Il me tendit enfin sa main ce fichu scientifique ... Pas trop tôt quand même. Je me demandais combien de temps, il allait me laisser à poireauter sur le sol du laboratoire. À l'aide de la main qu'il me tendait, je me suis relevée sur mes deux jambes à une certaine distance de lui, je ne savais pas si c'était trop près ou trop loin ou à bonne distance. Faut dire qu'on ne m'a pas appris les bonnes manières. Je suis toujours seule dans ma cellule et je n'ai rien découvert à ce propos dans les ordinateurs de ce lieux. Je ne connais aucune autre structure de pierre que celle-ci par conséquent, je ne sais pas grande chose sur le monde et ce qui l'habite. Qu'est-ce qu'il va me faire maintenant ? Me piquer ? Me faire des sales choses perverses ? Me battre ? ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Miyazawa
Modérateur
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Île Ouest

Feuille de personnage
Particularitée: Membres de la SGRC en tant que chirurgien.

MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Ven 15 Aoû 2014 - 13:15


Au delà des traits génétiques de sa mutation, le physique de cette jeune femme était impeccablement sculpté dans le marbre. Un marbre qu'une forêt verdoyante aurait envahi petit à petit. Ce dernier détail lui donnait ce côté sauvage et caractériel. Mais que faisait une telle perle parmi ces murs ? Je veux dire par-là "enfermée telle une rose qu'on empêcherait d'éclore". Soudain, sa voix perçante m’atteignit en semblant attendre de moi quelque chose de particulier comme ces maintes et maintes test que nous leur faisons subir. C'est par une grande naïveté contrôlée que je me mis à ricaner légèrement.

- Que je vous rassure, je ne suis qu'en simple balade, dis-je en la tirant vers le haut.

Quand mes responsabilités de scientifiques me revinrent en tête, mon rire s'étouffa dans un sourire sérieux et enfantin à la fois. Un visage intraduisible comme à ma grande habitude. Une vérité m'éclatait aux yeux. Malgré son incroyable mutation génétique et la défense que je prenais envers elle, cette dernière n'avait rien à faire dans ces couloirs. Si elle était tombée sur quelque d'autre que moi, je ne pense pas qu'elle eut subi le même sort.

- Vous semblez aller quelque part. Puis-je vous accompagner ?

En se promenant, elle risquait gros. Et en disant cela, je risquais gros tout autant qu'elle. Mais peu importe, j'ai été scientifique clandestin avec un salaire bien plus misérable que cela. Retourner dans les noirs rues du centre-ville ne me dérangera pas psychologiquement parlant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuna Clyne
Graphiste
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 08/07/2014
Age : 22
Localisation : Partie Ouest de l'île

Feuille de personnage
Particularitée: Élite Second maîtrisant les flux informatiques.

MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Mar 19 Aoû 2014 - 13:58

Qui est ce type ? On dirait un gamin ! Cependant, il porte la blouse blanche. Qu’est-ce que ça peut bien signifier ? Il ne peut pas travailler à leur compte quand même ! Cela me fit un peu de la peine … Il devait avoir quoi dix-sept – dix-huit grand maximum. Alors que faisait-il, ici ? Il ne devait avoir aucune formation pour exercer même sur des cobayes tels que nous. Franchement là, je ne comprenais vraiment pas et je n’avais plus assez d’énergie pour aller fouiller sur sa personne dans les ordinateurs du laboratoire. Il ne restait plus qu’à faire ça à l’ancienne. Poser les bonnes questions aux personnes concernées ; je ne vois pas ce que je peux faire d’autre, surtout que je viens d’être prise la main dans le sac, en plein grand délit de fuite ! Qu’est-ce que je pourrais bien faire pour ne pas qu’il me dénonce à ses supérieurs ? Allez réfléchit … réfléchit … réfléchit … réfléchit plus vite … qu’est-ce que … ? Mais oui ! Je me souviens maintenant ! Oui ! Je peux toujours essayer ça. Au vu de son âge et de sa tête, je ne dois pas lui déplaire. J’ai vu cela dans un dossier caché d’un des scientifiques. Je ne saurais me rappeler le nom mais je me souviens très bien des images que j’ai pu regarder. D’un côté, c’était bizarre, étrange et de l’autre cela me semblait amusant.

Il est temps que je mette mon petit plan en action. Je faisais un pas dans sa direction, réduisant l’écart qu’il y avait entre nous. Étant un tout petit peu plus petite que lui, mon plan s’accordait parfaitement la situation actuelle. Je trépignais d’impatience, j’avais vraiment hâte de voir ça tête. Une seule question restait en suspens dans ma tête : qu’est-ce qui se passerait après s’il rentrait dans mon jeu et s’il ne rentrait pas dans mon jeu ? Qu’est-ce que je ferais ? Étant très proche de lui, j’ai incliné légèrement ma tête sur le côté, déposant mes lèvres dans son cou, posant délicatement mes doigts sur ses épaules. Tout en faisant cela, j’avais le regard rivé sur le sien afin de voir toutes les réactions qu’il pouvait avoir.

- Et si on rendait cette balade plus amusante ? Vous ne pensez pas ? On s’ennuie dans ce laboratoire je trouve, lui fis-je sur le même ton enfantin.

Subitement son attitude changea … Qu’est ce qui s’est passé ? Qu’est-ce qui lui prend ? Un peu comme s’il était devenu froid et distant. Ce que je lui ai fait ne lui a pas plu ? Pourtant dans les images ça avait l’air de leur plaire … Peut-être ne m’y suis-je pas prise correctement ; peut-être qu’il faut que je retente l’expérience en m’appliquant davantage. J’allais poser, à nouveau, mes lèvres dans son cou à la hauteur de sa carotide mais sa remarque me stoppa net. Qu’est-ce que je faisais ici ? Une très bonne question, n’est-ce-pas. J’ai une demie seconde pour trouver une excuse et une autre demie seconde pour lui donner mon explication. Puisque j’ai commencé avec quelque chose autant en finir sur le même terrain. Prenant son bras entre les miens, je me suis collée à lui, son bras entre mes seins.

- Je vous attendais, évidemment ! Qu’est-ce que vous croyez ! Alàlà, vous réfléchissez trop parfois, mon p’tit.

Il est évident que je n’allais pas lui révéler que j’allais sortir. Il fallait que je trouve autre chose et cela me semblait pas mal. Toujours collée à lui, je suis revenue sur mes pas, direction ma cellule. Pourquoi là ? Parce que je ne savais pas où aller d’autre. Hormis dehors, ma cellule, les ordinateurs et les laboratoires, je ne connaissais pas grand-chose de ce lieu. En mettant un pied devant l’autre sur un rythme normal, je donnais quelques coups d’œil dans la direction du garçon. Il est vraiment trop chou, lui … Je pourrais m’en servir, tien !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kenji Miyazawa
Modérateur
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 30/06/2014
Localisation : Île Ouest

Feuille de personnage
Particularitée: Membres de la SGRC en tant que chirurgien.

MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   Ven 22 Aoû 2014 - 9:01


Ma mémoire me jouait encore des tours. Depuis quelques instants déjà, j'essayais en vain de retrouver le prénom de cette jeune femme. Les images des peu d'informations la concernant défilèrent dans mon encéphale, mais impossible de mettre la main sur son prénom. Je le découvrirai sûrement en me présentant, à moins qu'elle ne s'attende à ce que je connaisse par cœur chacun des Élites et Second. Ce qui devrait être le cas, mais je déteste suivre les règles. Être clandestin me correspondait plutôt bien.

Cette personne sans nom, mais dont je connaissais le danger, commença à se rapprocher de moi avec des intentions bien réfléchies. Non bélliqueuses, mais réfléchies. La sensation de ses lèvres fines sur mon cou, puis celle de sa main sur mon épaule me firent hésiter. Sa voix en mon égard fut douce et séduisante. En vain, mon visage ne révela rien de la perturbation qu'elle me faisait subir. Cette dernière s'en rendit compte et changea de tactique face à mes questions. Elle attrapa mon bras et se colla à moi.

- Je vous attendais, évidemment ! Qu'est-ce que vous croyez ! Alàlà, vous réfléchissez trop parfois, mon p'tit, dit-elle en commençant à marcher.

Mes sourcils se levèrent par étonnement. Non seulement par son changement de sujet et d'expression mais aussi par le petit surnom qui fermait sa phrase. "Mon p'tit", c'est bien la première que quelqu'un me surnomme ainsi - me surnomme tout court d'ailleurs. Tout en mettant mes mains dans les poches de ma blouse, j'accompagnais la jeune femme à mon bras.

- Vous m'attendiez en courant ? C'est original, je patienta avant de reprendre, une dernière chose, ne vouliez-vous pas aller dans l'autre sens ?

En vu de la direction qu'elle avait pris avant de me rencontrer, il est donc fort probable qu'elle avait en tête de sortir prendre l'air - peut-être pour tout jamais. Mais ça, les administratifs du laboratoire ne le comprennent pas. Alors, quitte à perdre mon travail, je peux bien faire une dernière bonne action.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voilà ce qui se passe quand on veut aller trop vite [Pv Kenji Miyazawa]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle & Tyler ♦ Quand faut y aller... [Flashback]
» REG&LYL ► "Quand une grande soeur veut quelque chose de son petit frère elle l'obtient par tous les moyens !"
» Quand on veut être sûr que tout soit bien fait alors, on doit le faire sois-même.
» Parce qu'on peut devenir des handicapés quand on veut
» Fiche technique ; Muse sait aussi se battre... Quand elle veut ... [EN COURS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Île Ouest :: Laboratoire SGRC :: Couloirs-
Sauter vers: